Initiation à l’audiovisuel auprès d’enfants ou d’ados

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google+

Aujourd’hui, nos enfants sont bercés par les nouvelles technologies dès leur plus jeune âge. La première pratique culturelle des jeunes est celle de l’image : cinéma, photo, télévision, jeux vidéo, Internet, etc. Elle leurs permet d’acquérir une culture, d’avoir une pratique artistique et de découvrir de nouveaux métiers. Dans ce contexte, INNOV’Stories propose une initiation à l’audiovisuel auprès des enfants quelque soit la structure où ils se trouvent…

1) A qui s’adresse-t-elle ?

L’initiation à l’art audiovisuel est en réalité possible auprès de tous les publics qu’il s’agit d’enfants, d’adolescents, d’adultes et de personnes âgées. À tout âge, nous pouvons apprendre des choses sur cette technique qui rythme désormais nos quotidiens. Il n’y a pas d’âge pour découvrir des techniques et s’émerveiller à les apprendre.

D’ailleurs, nous intervenons aussi bien auprès des écoles primaires, des collèges, des lycées que des institutions d’aide à la personne ou des maisons de retraite. En fonction des publics, nous adaptons notre discours et nos ateliers afin que chacun puisse y trouver un intérêt.

La semaine passée, nous avons ainsi créé avec les enfants du centre de loisirs de l’association Familles Rurales Entre Aire et Chée de Vavincourt (55), un court-métrage sur le thème du Carnaval. (Photo de présentation de cet article).

2) Les objectifs

Comme nous l’avons énoncé dans le chapeau de notre article, l’initiation audiovisuelle permet d’acquérir une culture, d’avoir une pratique artistique et de découvrir de nouveaux métiers. L’imagination des enfants est fortement sollicitée. Car toute bonne histoire contée doit se forger par le biais de nos esprits.

Le travail d’équipe est encouragé. La concentration n’en est pas de reste surtout lorsque les comédiens en herbe doivent raconter leur histoire devant la caméra ou jouer un rôle. Ils découvrent aussi les différents métiers de ce secteur à l’instar du scénariste, des comédiens, des narrateurs, des bruiteurs, des ingénieurs du son, des accessoiristes et de bien d’autres encore…

Par ailleurs, lorsque l’initiation se transforme en une éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel qui peut se manifester sous différentes formes, elle contribue à l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences et de culture que chaque élève doit maîtriser à l’issue de la scolarité obligatoire.

3) Les ateliers

Avec les enfants ou les ados, les ateliers se doivent d’être ludiques afin qu’ils puissent s’approprier les codes de l’audiovisuel, mais avant tout s’amuser à y participer.

Après avoir établi les besoins pédagogiques et le thème à aborder avec la structure, nous proposons des ateliers d’initiation qui peuvent conduire jusqu’à la réalisation d’un court-métrage. Toutes les étapes de création d’un film peuvent être abordées ou bien seulement certaines d’entre elles.

– Atelier « Imaginons l’histoire » :
C’est le temps du scenario. Avec les enfants, nous réfléchissons sur l’histoire qu’ils souhaitent conter. Nous définissons les personnages, les lieux et le fil de l’histoire. Selon le thème souhaité, nous y ajoutons de la comédie, un peu d’aventure, une pincée de tragédie et un soupçon d’horreur. Ensemble, nous créons le storyboard.

Avec les adolescents, la réflexion et la création sont plus poussées. Des sujets sociétaux peuvent être abordés et un récolement de témoignages peut avoir lieu.

– Atelier « Découvrons les techniques audiovisuelles et les grandes règles » :
Dans cet atelier, les enfants découvrent les différentes techniques audiovisuelles à disposition des réalisateurs. Le matériel audiovisuel est présenté à l’instar des caméras, des micros, des différents types d’éclairage. Nous définissons avec les participants, si nous réalisons un court-métrage traditionnel (tournage en condition et en plein air), un court-métrage avec incrustation de décors (utilisation de fond vert) ou encore un court-métrage avec objets animés (déplacements des personnages en timelapse)…

Le droit à l’image est aussi abordé.

– Atelier « Créons les décors » :
Après avoir établie l’histoire et la technique à utiliser, les enfants sont invités à concevoir les décors, les costumes ou les personnages en carton, en pâte à modeler… si la technique du film d’animation en timelapse est choisie.

Avec les adolescents, la création est plus précise.

– Atelier « Bruitages et Voix off » :
Les enfants découvrent le métier de bruiteur, mais aussi les voix off. Par un atelier ludique, les enfants sont invités à deviner les objets utilisés pour réaliser les bruits traditionnels des films. Ils sont aussi encouragés à en créer certains afin de reproduire les sons recherchés.

Dans le cadre des films animés ou lorsque cela s’impose dans des courts-métrages classiques, ils passent devant le micro afin d’enregistrer leurs voix après avoir été coachés pour obtenir l’intonation désirée pour les courts-métrages.

– Atelier « Action ! On tourne… » :
Il est temps de passer devant la caméra pour concevoir les images du court-métrage. Nous tournons minimum avec 2 caméras. Pendant que les uns sont devant les caméras, les autres sont derrière et suivent les directives du réalisateur. Cet atelier est adapté en fonction des capacités des participants.

Après avoir réalisé ses ateliers, notre intervenant rentre au studio pour monter le court-métrage avant de le remettre à la structure concernée qui peut en jouir comme elle le désire, à condition d’avoir l’autorisation du droit à l’image de tous les participants ou de leurs parents.

4) Exemple : « Mais qui a volé les couleurs d’Arlequin ? »

L’association Familles Rurales de Vavincourt « Entre Aire et Chée » nous a ainsi sollicité en janvier dernier afin de mener avec les enfants de son centre de loisirs, 2 ateliers audiovisuels, l’un concernant les bruitages et l’autre le tournage.

Les ateliers se sont déroulés pendant les vacances scolaires d’hiver auprès d’une dizaine d’enfants âgés de 3 à 10 ans, du 7 au 8 mars 2018. Malgré le jeune âge de certains d’entre eux, tous ont appréciés de pouvoir faire le pitre devant les caméras, mais aussi de découvrir des objets qui les entourent pour faire des bruits comme la feuille de papier que l’on claque pour obtenir le son d’un pétard qui explose.

Les enfants ont ainsi créé une histoire où Arlequin, le personnage principal découvre à la suite du défilé de Carnaval que quelqu’un lui a volé toutes ses couleurs. Deux détectives mènent l’enquête. Au fil de l’histoire d’une durée de 4 minutes, après plusieurs rebondissements, les coupables sont démasqués. Intrigue et comédie sont au rendez-vous.

Selon la directrice du centre de loisirs, Mme Catherine Lombard : « avec vos ateliers, les enfants ont pu découvrir autres choses que les traditionnels collages. Les enfants étaient enthousiastes et la vidéo est top ! ». Nous la remercions. 

En raison du refus du droit à l’image de certains parents, nous sommes dans le regret de pouvoir vous présenter le court-métrage. Veuillez-nous en excuser, mais nous devons respecter leurs choix. 

Votre structure est intéressée pour réaliser ces ateliers avec vos bénéficiaires ? Contactez-nous. Nous viendrons à votre rencontre. >>> 

Nous menons également d’autres formes d’accompagnement que nous vous invitons à découvrir en suivant ce lien. >>>

Prêts à mener des ateliers d’initiation à l’art audiovisuel ?

Prêt à propulser votre structure par l’innovation ? 

Share This